Actualités

4 septembre 2019
Le pic de Bacanère – 17 Août 2019.  Départ de Gouaux de Luchon (933m), la route s’arrête là ….. soleil radieux, petite brume qui nous prédit une très belle journée ; objectif : passer une bonne journée, en pleine nature …. et mettre un pied en Espagne, au sommet du pic de Bacanère, juste sur la frontière. Petit en-cas avant de se lancer, thé, café, génoise, confiture maison …. Bien restaurés, nous démarrons par une petite grimpette, nous passons devant les granges d’Echart et nous arrivons à la cabane de Salode (1560m). Petite pause après 1h45 de montée, pain d’épices, mirabelles. La cabane est grande et très propre, salle à manger, réserve pour le bois, étage aménageable, point d’eau à proximité ….  le luxe, quoi !!!!!     Nous repartons pour la deuxième escale à la cabane du Mouscadé (1876m). Pendant notre trajet, nous rencontrons un beau troupeau de vaches paisibles, qui trônent au milieu de superbes parterres de bruyères, en pleines fleurs. La cabane est occupée par un berger. Nous profitons du point d’eau pour nous rafraîchir et faire le plein car les rayons du soleil nous dardent la peau …. En levant les yeux vers la crête, nous apercevons notre objectif. Nous suivons un petit bout de sentier et décidons de partir en trace directe vers la crête pour réduire le temps de montée car certains estomacs commencent à le dire …. Nous apercevons des chevaux qui paissent gentiment à côté d’étangs asséchés. Nous arrivons sur la crête, à côté de la borne frontalière 402 (1980m). Il ne nous reste plus qu’à gravir le dernier  rampaillou,mais il est raide, la faim se fait sentir, le souffle manque …. petit manque d’entraînement … A  gauche, c’est l’Espagne, mais aussi le précipice, à droite, la France, vallon plus débonnaire. Nous mangeons là-haut, (2193m), en face de nous , le massif de la Maladetta avec son glacier qui se réduit de plus en plus, sur notre droite les 3000m du Luchonais. Nous profitons de ce merveilleux paysage mais sommes délogés par un vol de fourmis volantes qui sont nichées dans la borne 401 du pic ……     Nous entamons la descente, nous nous engageons prudemment sur la crête qui nous mène sous le pic de la Hage, quand nous apercevons un puis deux rapaces. Les mêmes que ceux aperçus au pic rouge de Bassies, la semaine dernière ; grandes taches blanches sous les ailes et la queue claire ; pour ma part, j’hésite entre milan ou aigle royaux : simplement majestueux. Un peu plus bas, nous croisons les chevaux  aperçus à la montée. Nous prenons quelques raccourcis, pour rejoindre la cabane de Salode, entourée d’un super troupeau de chevaux, dont la maîtresse est une superbe jument noire …. Petit détour dans la forêt pour être à l’ombre et ne pas repasser sur le même sentier qu’à la montée. Retour au village de Gouaux qui se prépare pour sa fête estivale. Dégustation de cake, dame ronde, boissons et en route. Beaucoup de belles images, magnifique journée, ……..
Lire la suite
2 septembre 2019
Calendrier des randonnées du mardi après-midi - période du 3 septembre au 29 octobre 2019 un calendrier est prévu tous les 2 ou 3 mois Il n'est pas nécessaire de s'inscrire - Le RDV est à 13H15 au local de l'ASPTT - Marché-gare à Montauban - pour un départ des mini-bus à 13H30
Lire la suite
2 septembre 2019
Ce sont 22 randonneurs de l ASPTT qui ont répondu au  rendez-vous donné à Gigondas dans le Vaucluse pour un séjour du 4 au 11 mai 2019.                       l'arrivée au gîte en soirée du 4 mai a été précédée d’un détour à Roussillon,  ce petit village perché où rivalise   dans l’argile  qui compose le paysage, une variété de couleur allant du rouge, au brun et au jaune suivant les proportions des divers oxydes qui la constituent. Le groupe déambule dans ce paysage insolite .sur le sentier des ocres et poursuit par un cheminement dans les ruelles cette après- midi sera clôturée par la visite de Mazan, et de ses non moins pittoresques  64 sarcophages du V et VI siècle.                         Nous découvrons Gigondas  petit village provençal,  entouré de vignobles, en fond les dentelles de Montmirail toutes proches détachent  leur silhouette. Nous prenons nos quartiers dans le gîte.et comme les randonneurs ont du savoir- vivre, en bons épicuriens la soirée débutera par un apéro festif. Dimanche  5 mai, les choses sérieuses commencent, depuis le gîte nous cheminons vers les dentelles Sarrasines et Montmirail, mais le vent qui souffle à 100km/heure nous oblige à toutes les vigilances  dans un relief escarpé et exposé la marche à 4 pattes est conseillée .mais le site est remarquable et tellement particulier, les dentelles se dressent telle l’arête dorsale d'uns  animal du crétacé et offrent un spectacle qui ne peut que susciter la motivation de tout randonneur.               Au retour nous traversons Gigondas,  village parfaitement restauré, quartier libre, clin d’œil artistique avec des sculptures et une exposition de lithographies pour finir par la visite d’un petit jardin botanique. Une belle journée qui se termine mais demain un nouveau programme nous attend : Gordes, Les Bories par le circuit de la Sénancole. Les Bories ce village musée de pierres sèches reçoit notre visite, avant de reprendre notre chemin sur un circuit qui…..normalement nous fait découvrir l’abbaye de Sénanque….mais la boussole a perdu le nord, l’abbaye nous la verrons au retour en surplomb, nous discutons avec des autochtones qui nous détaillent la recette d’un breuvage revigorant. ….Gordes nous attend  perché sur son piton de pierre calcaire nous en effectuons une visite détaillée, les ruelles s’ajoutent au dénivelée de la journée! mais la promesse d’une soirée conviviale et d’une boisson revigorante pour ne pas dire explosive effacent la fatigue ce sera la soirée des lits fantômes, des courses en drap sac…..mais demain c’est le  circuit du Ventoux alors qui va être en forme !                   La nuit  a été agitée, mais tout le monde est prêt pour depuis le mont Serein grimper sur les flancs du Ventoux  la rencontre avec la nature est au RDV avec une femelle chamois et ses deux petits, la montée est rude (mais la descente le sera doublement pour ceux qui ont le vertige.) Ce sommet qui domine le Vaucluse de sa crête de calcaire à notre surprise est encore coiffé de blocs de neige glacés mais garde son aspect lunaire .La pause méridienne  clôture l’ascension installés au pied  de la chapelle sainte Croix, nous disposons d’un point de vue à couper le souffle, à l’horizon la chaîne des Alpes enneigées et lumineuses. Si le sommet en lui-même n’a rien de spectaculaire il représente pour beaucoup de sportifs randonneurs ou cyclistes une victoire dans l’effort. Nous amorçons la descente sur un chemin étroit et caillouteux parfois effondré, chacun choisit son poisson pilote pour dominer le vertige qui peut saisir à la vue en contrebas de l’à  pic  caillouteux .Le groupe s’agence de lui-même  pour vaincre la difficulté  de la descente, la difficulté est fédératrice .Une  séance d’étirements à l’arrivée permettra à tous de se détendre dans la bonne humeur et une franche rigolade. La soirée sera des plus calme,  est- il possible que les plus turbulents  de  nos randonneurs soient vaincus….vaincus par la fatigue ! Mercredi 8 Mai Le ciel est gris pas de randonnée au programme, ce sera notre journée tourisme culturel en chaussures de ville nous allons déambuler dans  les ruelles de Pernes les fontaines en suivant le parcours des 40 fontaines, passer au pied des portes fortifiées du XV°, de la tour Ferrande et ses fresques médiévales du XIII°, de l’église ND de Nazareth du XI°, puis de la halle couverte du XVII°, de la tour de l’horloge du XI°. En fait….. Nous marchons, nous marchons.                 Nous pique niquons à Saint Saturnin les Avignons, autour  d’un très beau lavoir du IXX° Arrivés à Avignon nous laissons les véhicules au pied des remparts et pour ne pas perdre l’entraînement nous longeons les fortifications, par la porte du rocher nous grimpons vers le parc qui entoure le rocher des Doms. Depuis cette hauteur nous pouvons admirer le Pont Saint Bénezet ou célèbre Pont d’Avignon, l’île de la Barthalasse avant de nous diriger vers le Palais des Papes qui va nous occuper une bonne partie de l’après-midi, modernité oblige à l’aide d’une tablette.                 Enfin nous parcourons les vieux quartiers, les rues bordées d’hôtels particuliers, notre visite est exhaustive tout est réuni pour satisfaire notre curiosité. La soirée sera clame 16km de tourisme cela fatigue! Au cœur des hauteurs des dentelles de Montmirail (versant est) Suzette est un petit village suspendu à son piton de 410 mètres au milieu du cirque de Saint Amand, le circuit du jour nous permettra d’admirer de l’extérieur les dentelles de Montmirail, comme les jours précédents la nature déploie avec générosité une profusion de fleurs et sa palette de couleur : genêts et thym odorants, digitales, valériane blanche et rose , orchidées…..Crestet petit village médiéval est à la pointe extrême de notre circuit, nous avançons vaillamment, plus de 800 m de dénivelé nous n’évoquerons pas les km parcourus …un détail. Le retour sera marqué par un arrêt dans des caves à fin de pouvoir parler des produits locaux en connaisseurs.                 Vendredi 10 mai, depuis l’abbaye de ST Madeleine du Baroux nous allons parcourir les crêtes d’Arfuyen  le circuit en partie versant sud ne nous épargne pas, c’est notre dernier parcours avant le chemin du retour. Nous aurons l’envie et la force de tenir conversation avec les moines de l’abbaye, de discuter avec eux  d’économie et de ce commerce monastique qui permet à la congrégation de poursuivre la vie monastique dont les 50 moines de la confrérie                 Ce vendredi soir soirée de clôture en plein air, sur une placette du village, autour de tapas et de vins locaux ! La bonne humeur préside le dîner, rigolades assurées autour de boutes en train, puis la reconnaissance du groupe va s’exprimer de façon inattendue à l’égard des organisateurs. Hélas il va falloir prendre le chemin du retour, ce sera à travers les Cévennes, mais une halte est prévue en Aveyron à la Couvertoirade. Ce village fortifié du Larzac a abrité une commanderie des Templiers, nous y pique-niquons, puis nous dispersons dans les ruelles aux maisons de schiste gris et aux toitures d’ardoise. La vue  sur le village est superbe depuis le moulin du Rédounel, pour finir, nous faisons un détour vers la lavogne  (petite réserve d’eau de forme circulaire                 Cette ultime escale adoucit la fin du séjour, mais la dynamique du groupe et son investissement nous confortent dans l’idée d’un prochain calendrier.  
Lire la suite
2 septembre 2019
SECTION RANDONNEE : ci-dessous le calendrier de la saison 2019/2020 Randonnée à la journée - RDV 7H15 au local de l'ASPTT Montauban pour un départ des mini-bus à 7H30 Le vendredi avant le dimanche de randonnée, une permanence est assurée au local de 17H30 à 19H - il est obligatoire de s'inscrire, soit en venant au local - marché gare de Montauban - soit par téléphone : 05.63.03.25.55  
Lire la suite
25 août 2019
Venez nous retrouver au stand ASPTT Montauban à la FETE DES SPORTS de la ville de Montauban Nous vous attendons le samedi 31 Août et le dimanche 1er Septembre - vous pourrez voir à travers nos photos les différentes activités, ouvertes  à tous,  que le club vous propose. Dimanche matin : RDV à 9H au stand pour Une randonnée organisée par la section "Randonnée" Une balade en Cyclo organisée par la section "Cyclo" RDV à 10H au stand pour une randonnée organisée par la section "Marche Nordique" Il y aura également une balade VTT organisée par la section "VTT" contact : mc.perreau@wanadoo.fr    -    domi82@orange.fr Nous serons heureux de vous recevoir et de vous renseigner Sportivement  
Lire la suite
23 août 2019
  Départ du lac de Laparan (1545m), dans le nuage et la bruine, nous apercevons à peine le lac qui est à 5m de nous ; nous sommes quatre à braver ce mauvais temps, Brigitte, Joëlle, Maïté et moi mais si cette météo persiste en montant, nous changerons d’objectif.   Dès le départ, une petite grimpette, 170m de dénivelée, en-haut, (1829m) la cabane du Rieutort, nickel pour une prochaine nuitée, une belle vallée mais la vue est complètement bouchée, nous sommes toujours dans la purée mais la luminosité du ciel nous fait espérer la percée imminente du soleil. Nous avons eu raison d’insister, soleil rayonnant, mer de nuages à l’infini ….   Passage le long de l’étang du Ruille (2030m), 2ème grimpette (2341m), petite descente et remontée en crête, 3ème grimpette pour atteindre le sommet (2378m), bravo !!!     Superbe panorama : col de la Didorte, pic d’Espaillat, pic de Lauzate, crête des isards, le refuge du Ruhle, l’étang de l’Estagnol, les étangs de Fontargente, la coume de Varihles avec le Ransol au fond, le pic de Cabaillère et son étang …. Que du bonheur ….       Repas juste sous le sommet, le soleil nous chauffe le dos mais les nuages commencent à remonter, il nous faut redescendre. Nous passons par le col du Rieutort pour fermer notre boucle, où nous devons arriver avant le nuage  pour prendre le bon sentier au col de Rieutort (2245m) avant d’être de nouveau dans la purée, nuage que nous retrouvons au-dessus de la cabane du Rieutort. Descente tranquille, retour au parking du Laparan, le lac s’est un peu dégagé. 12km, 900m de dénivelée. Superbe journée, très beaux panoramas.
Lire la suite
30 juillet 2019
Ce sont 22 randonneurs de l' ASPTT qui ont répondu au  rendez-vous donné à Gigondas dans le Vaucluse pour un séjour du 4 au 11 mai 2019.                       L'arrivée au gîte en soirée du 4 mai a été précédée d’un détour à Roussillon,  ce petit village perché où rivalise   dans l’argile  qui compose le paysage, une variété de couleur allant du rouge, au brun et au jaune suivant les proportions des divers oxydes qui la constituent. Le groupe déambule dans ce paysage insolite sur le sentier des ocres et poursuit par un cheminement dans les ruelles. Cette après- midi sera clôturée par la visite de Mazan, et de ses non moins pittoresques  64 sarcophages du V et VI siècle.                         Nous découvrons Gigondas  petit village provençal,  entouré de vignobles, en fond les dentelles de Montmirail toutes proches détachent  leur silhouette. Nous prenons nos quartiers dans le gîte.et comme les randonneurs ont du savoir- vivre, en bons épicuriens la soirée débutera par un apéro festif. Dimanche  5 mai, les choses sérieuses commencent, depuis le gîte nous cheminons vers les dentelles Sarrasines et Montmirail, mais le vent qui souffle à 100km/heure nous oblige à toutes les vigilances  dans un relief escarpé et exposé, la marche à 4 pattes est conseillée ,mais le site est remarquable et tellement particulier, les dentelles se dressent telle l’arête dorsale d'un  animal du crétacé et offrent un spectacle qui ne peut que susciter la motivation de tout randonneur.                 Au retour nous traversons Gigondas  village parfaitement restauré, quartier libre, clin d’œil artistique avec des sculptures et une exposition de lithographies pour finir par la visite d’un petit jardin botanique. Une belle journée qui se termine mais demain un nouveau programme nous attend : Gordes, Les Bories par le circuit de la Sénancole. Les Bories ce village musée de pierres sèches reçoit notre visite, avant de reprendre notre chemin sur un circuit qui…..normalement nous fait découvrir l’abbaye de Sénanque….mais la boussole a perdu le nord, l’abbaye nous la verrons au retour en surplomb, nous discutons avec des autochtones qui nous détaillent la recette d’un breuvage revigorant. ….Gordes nous attend  perché sur son piton de pierre calcaire nous en effectuons une visite détaillée, les ruelles s’ajoutent au dénivelée de la journée !mais la promesse d’une soirée conviviale et d’une boisson revigorante pour ne pas dire explosive effacent la fatigue ce sera la soirée des lits fantômes, des courses en drap sac…..mais demain c’est le  circuit du Ventoux alors qui va être en forme !                   La nuit  a été agitée, mais tout le monde est prêt pour depuis le mont Serein grimper sur les flancs du Ventoux  la rencontre avec la nature est au RDV avec une femelle chamois et ses deux petits, la montée est rude (mais la descente le sera doublement pour ceux qui ont le vertige.) Ce sommet qui domine le Vaucluse de sa crête de calcaire à notre surprise est encore coiffé de blocs de neige glacés mais garde son aspect lunaire .La pause méridienne  clôture l’ascension installés au pied  de la chapelle sainte Croix nous disposons d’un point de vue à couper le souffle, à l’horizon la chaines des Alpes enneigée et lumineuse, si le sommet en lui-même n’a rien de spectaculaire il représente pour beaucoup de sportifs randonneurs ou cyclistes une victoire dans l’effort. Nous amorçons la descente sur un chemin étroit et caillouteux parfois effondré, chacun choisit son poisson pilote pour dominer le vertige qui peut saisir à la vue en contrebas de l’à  pic  caillouteux .Le groupe s’agence de lui-même  pour vaincre la difficulté  de la descente, la difficulté est fédératrice .Une  séance d’étirements à l’arrivée permettra à tous de se détendre dans la bonne humeur et une franche rigolade. La soirée sera des plus calme,  est- il possible que les plus turbulents  de  nos randonneurs soient vaincus….vaincus par la fatigue ! Mercredi 8 Mai Le ciel est gris pas de randonnée au programme, ce sera notre journée tourisme culturel en chaussures de ville nous allons déambuler dans  les ruelles de Pernes les fontaines en suivant le parcours des 40 fontaines, passer au pied des portes fortifiées du XV°, de la tour Ferrande et ses fresques médiévales du XIII°, de l’église ND de Nazareth du XI°, puis de la halle couverte du XVII° de la tour de l’horloge du XI°. En fait….. Nous marchons, nous marchons.                     Nous pique niquons à Saint Saturnin les Avignon, autour  d’un très beau lavoir du XIX°. Arrivés à Avignon nous laissons les véhicules au pied des remparts et pour ne pas perdre l’entraînement nous longeons les fortifications, par la porte du rocher nous grimpons vers le parc qui entoure le rocher des Doms. Depuis cette hauteur nous pouvons admirer le Pont Saint Bénezet ou célèbre Pont d’Avignon, l’île de la Barthalasse avant de nous diriger vers le Palais des Papes qui va nous occuper une bonne partie de l’après-midi, modernité oblige, à l’aide d’une tablette.                   Enfin nous parcourons les vieux quartiers, les rues bordées d’hôtels particuliers, notre visite est exhaustive tout est réuni pour satisfaire notre curiosité. La soirée sera calme 16 km de tourisme cela fatigue Au cœur des hauteurs des dentelles de Montmirail (versant Est) Suzette est un petit village suspendu à son piton de 410 mètres au milieu du cirque de Saint Amand, le circuit du jour nous permettra d’admirer de l’extérieur les dentelles de Montmirail, comme les jours précédents la nature déploie avec générosité une profusion de fleurs et sa palette de couleur : genêts et thym odorants, digitales, valériane blanche et rose , orchidées…..Crestet petit village médiéval est à la pointe extrême de notre circuit, nous avançons vaillamment, plus de 800 m de dénivelé, nous n’évoquerons pas les km parcourus …un détail. Le retour sera marqué par un arrêt dans des caves afin de pouvoir parler des produits locaux en connaisseurs.                         Vendredi 10 mai, depuis l’abbaye de ST Madeleine du Baroux nous allons parcourir les crêtes d’Arfuyen  le circuit en partie versant sud ne nous épargne pas, c’est notre dernier parcours avant le chemin du retour. Nous aurons l’envie et la force de tenir conversation avec les moines de l’abbaye, de discuter avec eux  d’économie et de ce commerce monastique qui permet à la congrégation de poursuivre la vie monastique dont les 50 moines de la confrérie                     Ce vendredi soir soirée de clôture en plein air, sur une placette du village, autour de tapas et de vins locaux ! La bonne humeur préside le dîner, rigolades assurées autour de boutes en train, puis la reconnaissance du groupe va s’exprimer de façon inattendue à l’égard des organisateurs. Hélas il va falloir prendre le chemin du retour, ce sera à travers les Cévennes, toutefois une halte est prévue en Aveyron à la Couvertoirade. Ce village fortifié du Larzac a abrité une commanderie des Templiers, nous y pique-niquons, puis nous nous  dispersons dans les ruelles aux maisons de schiste gris et aux toitures d’ardoise. La vue  sur le village est superbe depuis le moulin du Rédounel, pour finir nous faisons un détour jusqu’à la Lavogne  (petite réserve d’eau de forme circulaire                   Cette ultime escale adoucit la fin du séjour, mais la dynamique du groupe et son investissement nous confortent dans l’idée d’un prochain calendrier.  
Lire la suite
27 juillet 2019
Ce samedi 20 juillet , au point de rassemblement,le groupe des sept randonneurs fait connaissance, il est 6 heures nous démarrons pour rejoindre notre point de départ le plat de las Peyres  au dessus du lac de Laparan.   La météo nous est favorable, il y a quelques trouées bleues dans le ciel.Nous nous restaurons avant le départ , puis écoutons les conseils et consignes de sécurité de Christian notre guide ainsi que le détail du programme de la journée .   Nous empruntons  la passerelle qui enjambe l' Aston ,puis continuons rive gauche de la Coume de Varilhes pour le franchir au point 1867.   Nous admirons au passage un  véritable jardin botanique montagnard , et découvrons outre des épilobes,lotiers,  digitales, oeillets du poète  , un peu plus haut en altitude des gentianes, des benoîtes des montagnes ,  des renouées....dans un  agencement de couleur toute en harmonie. Notre guide nous précise quelques données topographiques et géologiques, il évoque  un petit animal endémique de la vallée : le Desman des Pyrénées . Nous contournons le Pinet, notre guide attentif au rythme du groupe  va nous permettre de parcourir en toute sérénité le dénivelé et d 'admirer à loisir le cadre naturel avant de parvenir aux lacs de Fontargente.. Le moral de la troupe étant au beau fixe nous continuons jusqu'au col ou el Port d'Incles. Nous mangerons au bord du lac , les plus courageux piquerons une tête dans le lac , pour d'autres ce sera jusqu'au mollet,  les eaux sont  claires mais fraîches.le retour est amorcé nous descendons la vallée face au refuge de Rhule dominé par le pic du même nom,  dans la vallée  de l aston  se dessinent semblables à des Pozzines  des espaces d'épaisse tourbière trouée de mares d'eau profondes. Nous passons rive droite de l Aston et  faisons escale à la cabane de Garsan carrefour de sentiers vers le Rhule , pour regagner le parking et retrouver la chaleur de la vallée. Cette belle journée  s 'achève , mais nous avons en tête de renouveler l 'aventure , convaincus par  l harmonie et la bonne humeur du groupe. Merci pour cette belle initiative fédératrice      
Lire la suite